provence

  • Séjournez en Famille à Arles puis Visitez les Monuments Romain

    Par Le 10/03/2019

    Découvrez Arles et la romanité en louant un meublé entre particulier.

     

    L'expansion de Rome n'aurait jamais pu être aussi forte, sur un temps aussi long et sur un territoire aussi vaste sans la puissance et le professionnalisme de son armée. C'est un sujet qui semble familier et dont pourtant de nombreux aspects restent encore aujourd'hui peu connus du grand public.
    L'exposition aura ainsi pour but de présenter l'organisation, la technicité et la puissance de l'un des piliers fondamentaux de la civilisation romaine.
    En fin de parcours, un espace sera consacré à l'histoire vivante et aux recherches en archéologie expérimentale conduites depuis plus de 20 ans par la Légion VIII Augusta.

     

     

    Telechargement 12

  • Dans Culture

    Noël en provence

    Par Le 02/11/2016

    santons

     

    Bonjour à tous ! Petit à petit, nous nous rapprochons de Noël, la plus belle période de l’année qui est célébrée avec amour et partage dans tous les coins de la France.

    Cependant, il existe une région où les «fêtes calendales» c’est-à-dire la période de la Sainte-Barbe (le 4 décembre) au 2 février (fête de la Chandeleur), ont une magie et une saveur particulières grâce aux symboles, aux coutumes et au respect des traditions. Bien que pour la plupart des gens, cette terre évoque plutôt l’été, le grand bleu, les vacances et le chant des cigales, elle a aussi une autre facette aussi charmante mais moins connue : Noël.

    Avez-vous deviné de quelle région il s’agit ? C’est bien…. la Provence.

    Alors, êtes-vous prêts à vous adonner à la magie de  Noël à la provençale?

     

     

    Le blé de la Sainte-Barbe

     

     

    Blé de la Sainte-Barbe Photo by Véronique PAGNIER (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons File: http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/83/Bl%C3%A9_de_la_Ste_Barbe.JPG Page: http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ABl%C3%A9_de_la_Ste_Barbe.JPG

    BLÉ DE LA SAINTE-BARBE – 

     

     

    En Provence, les traditions liées à Noël portent le nom de traditions calendales (du provençal calèndo, Noël).

    Les préparatifs de Noël commencent le 4 décembre, jour où on plante le blé de la Sainte Barbe. Il s’agit d’une jolie tradition bien conservée qui réunit petits et grands. Dans trois coupelles, qui symbolisent la Sainte Trinité, on place du coton, on l’humecte avec de l’eau et on plante des grains de blé (ou des lentilles) qui doivent être soigneusement arrosés jusqu’au 24 décembre. Une fois que le blé aura bien poussé et sera bien haut, il sera entouré d’un ruban jaune et rouge aux couleurs de la Provence et les coupelles orneront la table du Gros Souper le soir du réveillon de Noël. Les pointes germées seront coupées et déposées en offrande au pied de l’enfant Jésus dans la crèche.

    La tradition du blé de la Sainte-Barbe remonte à l’époque romaine. Selon les croyances antiques si le blé germait bien et était vert on aurait une bonne récolte de moisson et une future année prospère.

    D’ailleurs les paysans d’antan l’ont toujours dit : Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! autrement dit Quand le blé va, tout va.

    Sans oublier le proverbe :

    « Blé de la Sainte Barbe bien germé, est symbole de prospérité pour la prochaine année ».

     

     

    La Sainte Luce

     

    «A la Sainte Luce, les jours s’allongent d’un saut de puce» si l’on en croit le proverbe . La Sainte Luce est célébrée le 13 décembre. On l’appelle aussi fête de la Lumière car on illumine chaque soir jusqu’à Noël les balcons, les façades des bâtiments ou les fenêtres de bougies, de lampions et de lanternes pour conjurer le mauvais sort de l’hiver et fêter le renouveau et le retour du soleil et de la lumière. C’est aussi le jour où on cueille le gui ou le houx. Le gui, qui selon les Druides avait un pouvoir miraculeux, est suspendu au dessus des portes en signe de paix tandis que le houx est considéré comme un symbole de lutte cotre la sorcellerie.

     

     

    La crèche et les santons

     

    En Provence, on ne peut pas imaginer un Noël sans la crèche et ses petits personnages qu’on appelle santons

    Dès le début du mois de décembre et jusqu’à l’Épiphanie, chaque famille provençale sort la crèche et les santons des cartons et les installe sous le sapin reproduisant ainsi la scène de la Nativité et reconstituant l’ambiance d’un village provençal avec ses petites gens et ses traditions.

    L’origine du mot crèche vient du mot crupio qui signifie mangeoire d’étable.

    La tradition de la crèche est fort ancienne et trouve son origine dans le Moyen-Âge. En fait, on attribue la première «crèche vivante» à Saint François d’Assise, (patron des animaux, des santonniers et fondateur de l’ordre des Franciscains) qui, en 1223, pendant la messe de minuit à son village Greccio en Italie, a mis en scène la Nativité avec des personnes (les villageois) et des animaux réels. Ce rituel s’est vite répandu en Italie et vers la fin du XIIIe siècle est arrivé en Provence grâce aux moines franciscains.

    Peu à peu les personnes réelles ont été remplacées par des figurines en bois ou en carton pâte.

    Cependant, pendant la Révolution française, les églises ont été fermées. Les gens ne pouvaient plus voir la crèche à Noël d’où le besoin des fidèles de créer des crèches, en cachette parce que c’était interdit, pour représenter la Nativité à l’intimité de leur foyer en utilisant tout matériel possible (le boulanger fabriquait son personnage en bois, le menuisier en bois…). C’est ainsi que sont nés les santons, «santoun» en provençal  ce qui signifie «petit saint» (san = saint et oun = petit) représentant, tout, d’abord, les personnages de la Nativité.

    santons

    En 1798, un Marseillais, nommé Louis Lagnel,  a eu l’idée de modeler les personnages de la nativité dans de l’argile, et de créer des moules pour reproduire ses modèles en série.

    En 1803, la première Foire aux santons a eu lieu à Marseille. Mais, ce n’est qu’à partir du XIXe siècle que ces «figurines à un sou» ont connu un véritable essor grâce aux maîtres santonniers. Des personnages populaires inspirés de la tradition, de la vie et des métiers provençaux sont venus s’ajouter à ceux issus de la culture chrétienne.

    A côté du Nouveau-Né, de Joseph, de Marie, des Rois mages, des bergers, des animaux, de l’ange, on trouve aussi :

    Le tambourinaire,

    Lou Ravi coiffé d’un bonnet de nuit, c’est le naïf du village, un «simple d’esprit» qui lève les bras au ciel avec un air d’émerveillement

    Pistachié ou Barthoumiou, le grand valet qui conduit un âne chargé de sacs de blé et Giget

    Les vieux : le couple Jordan-Margarido, bras dessus bras dessous, sans cesse en querelle accompagnés de l’ami Roustido

    Le Bohémien ou Lou Boumian : le marginal toujours à l’affût d’un mauvais coup ayant la réputation de voler les poules et de kidnapper les enfants

    L’Aveugle et son fils : il s’appuie toujours sur l’épaule de son fils qui est son guide

    Le boulanger

    Le meunier

    Le pêcheur

    Le bûcheron

    La lavandière

    Le vannier

    Le rémouleur appelé amoulaire en provençal

    Le porteur d’eau

    Le chiffonnier (l’estrassaïre en provençal)

    La marchande de limaçons et bien d’autres gens typiques du Sud.

     

    Les santons sont placés dans la crèche au milieu de l’étable et sont également entourés de ponts, de puits ou de moulins à vent. On y met aussi de la mousse, des brins de thym ou de romarin pour reconstituer l’ambiance d’un village.

    De nos jours, la Foire aux Santons a toujours lieu à Marseille, à la Canebière, dans plusieurs villes de Provence on organise des concours de crèches en décembre tandis que le Salon International des santonniers se tient toujours à Arles.

    Les santons constituent une tradition bien ancrée dans l’esprit de tous les Provençaux leur permettant de se créer une véritable identité.

     

     

    Le Cacho-fiò

     

    Le Cacho-fiò est une très ancienne tradition encore conservée dans certaines familles ou communes provençales qui consiste en l’allumage de la bûche de Noël le jour du Réveillon de Noël juste avant le Gros Souper. En fait, “Cacha le feu” signifie l’allumer.

    Lors de cette cérémonie, le plus âgé de la famille, le «papé» et le plus jeune, le «caganis» apportent ensemble la plus grosse bûche issue d’un arbre fruitier (le plus souvent celle d’un cerisier, olivier ou amandier) et font trois fois le tour de la table qui est recouverte de trois nappes (symbole de la Trinité) avant de bouter le feu.

    Cacho-fio Photo 3

    Cacho-fio Photo 3

    Ensuite, la bûche est posée dans le feu et l’aïeul l’arrose par 3 fois de vin chaud pendant qu’il prononce ces paroles :

     

    « Cacho-fio« ( Bûche de Noël)

    Bouto-fio (Donne nous le feu)

    Alègre, alègre (Réjouissons nous)

    Dièu nous alègre (Dieu nous donne la joie)

    Calèndo vèn, tout bèn vèn (Noël vient, tout vient bien)

    Dièu nous fague la gràci de veire l’an que vèn (Dieu nous fasse la grâce de voir l’an qui vient)

    E se noun sian pas mai, que noun fuguen pas mens » (Et si nous ne sommes pas plus

    Que nous ne soyons pas moins »).

     

    Puis, tout le monde boit du vin chaud et passe à table.

    La bûche doit brûler pendant trois jours et trois nuits et les charbons sont conservés pour protéger la maison.

    Voici ce qu’écrit Frédéric Mistral dans  Mémoires et récits (1906) :

    « Tous ensemble nous allions joyeusement chercher la « bûche de Noël », qui – c’était de tradition – devait être un arbre fruitier. Nous l’apportions dans le mas, tous à la file, le plus âgé la tenant d’un bout, moi, le dernier-né, de l’autre ; trois fois, nous lui faisions faire le tour de la cuisine ; puis, arrivés devant la dalle du foyer, mon père solennellement, répandait sur la bûche un verre de vin cuit, en disant : « Allégresse ! Allégresse ! Les beaux enfants, que Dieu nous comble d’allégresse ! Avec Noël, tout bien vient : Dieu nous fasse la grâce de voir l’année prochaine. Et, sinon plus nombreux, puissions-nous n’y être pas moins ». Et, nous écriant tous : « Allégresse, allégresse, allégresse ! » , on posait l’arbre sur les landiers et, dès que s’élançait le premier jet de flamme : « A la bûche / Boute feu ! » disait mon père en se signant. Et, tous, nous nous mettions à table. »

    Une fois le feu allumé, le repas peut commencer.

     

     

    Le Gros Souper

     

    Le Gros Souper ou Gros Soupa en provençal prend place le soir du 24 décembre après le Cacho friò et avant la messe de minuit.

    Il s’agit d’un repas très important plein de symbolismes où rien n’est laissé au hasard. La table de fête dite Table calendale est recouverte de trois nappes blanches disposées par grandeur croissante qui évoquent la Trinité, et illuminée de trois chandelles (même symbolisme). Les trois coupelles de blé germé de la Sainte-Barbe y sont aussi posées. Malgré son nom le Gros Souper se compose de 7 plats maigres nombre qui renvoie aux 7 plaies du Christ. Les 13 pains accompagnent le repas représentant la Cène avec Jésus et les 12 apôtres. Il existe aussi la coutume du couvert du pauvre en laissant une place vide au cas où quelqu’un viendrait frapper à la porte pour entrer au chaud et dînerpuisque Noël est avant tout la fête de la charité et du partage.

    Tous les plats doivent être servis dès le début du repas.

    La viande en est exclue puisqu’il s’agit d’une période de jeûne et d’abstinence. Il y a une grande diversité de plats selon la région. Pourtant, on trouve presque partout des légumes tels que le céleri, les cardes, les artichauts accompagnés d’une anchoïade. Parmi les plats incontournables on trouve la morue en raïto (sauce provençale aux tomates), les escargots, la soupe à l’ail ou les épinards.

     

     

    Les treize desserts

     

    Treize_desserts_à_Caderousse

    TREIZE DESSERTS – PHOTO 2

    S’il y a une tradition bien ancrée dans les esprits depuis des générations en Provence, c’est bien celle des 13 desserts du repas de Noël.

    L’origine des 13 desserts semble s’inscrire dans la tradition méditerranéenne d’une sociabilité reposant sur le partage de douceurs revêtant en même temps une dimension religieuse. La tradition des desserts provençaux est assez ancienne bien que ses origines exactes restent variées. Pourquoi le chiffre 13 ? Parce qu’il représente les convives de la Cène, Jésus et les 12 apôtres.

    Les treize desserts sont servis après le Gros Souper provençal qui est composé de plats maigres, en attendant de se rendre à la messe de minuit. Son appellation et le déroulement du rituel ont été définis au XIXe siècle par le Félibrige,  une association de poètes de Provence créée par Frédéric Mistral. Frédéric Mistral, décrit les treize desserts comme «uno sequèlo de privadié requisto» (une quantité de friandises exquises).

     

    La composition des 13 desserts, également connus sous le nom de calenos, varie d’une région à l’autre. Cependant, la symbolique associée à chaque élément et le nombre de friandises sont toujours respectés.

     

    Voici la liste des incontournables :

    a)  Les 4 mendiants (les fruits secs)

    Li pachichoi comme on les appelle en provençal sont des fruits secs dont la couleur sombre rappelle celle des robes des ordres religieux :

    - les raisins secs pour les Dominicains

    - les figues sèches pour les Franciscains

    - les noix ou noisettes pour les Augustins

    - les amandes pour les Carmélites

     

    b)  Le nougat

    Le nougat blanc (noisettes, pistache) et le nougat noir (miel, amandes) pour le pénitent blanc et le pénitent noir qui symbolisent le bien et le mal.

     

    c)  Les fruits frais ou confits

    Il s’agit de fruits de saison : oranges, mandarines, pommes, poires, raisins blancs, melons de Noël etc.

     

    d)  Les dattes, symbole du Christ venu de l’Orient ou selon d’autres traditions, les présents amenés par les Rois Mages.

     

    e)  La pompe à l’huile (pompa à l’òli)

    Gibassié_de_Lourmarin_(1)

    GIBASSIÉ (POMPE À L’HUILE) ) PHOTO 4

     

    Elle est connue également sous le nom de gibassié (quand il est saupoudré de sucre) ou de fougasse et c’est un gâteau parfumé à la fleur d’oranger et gorgée d’huile d’olive. Selon la tradition, elle doit être rompue à la main et non coupée comme a été rompu le pain par Jésus pendant la Cène sinon on risque la malchance pour toute l’année.

     

     

     

    f)  Les confiseries

    DSCN2625

     

    Chaque région a ses propres friandises : les calissons à Aixles navettes à Marseillela pâte de coing ou les pâtes d’amande à Niceles bugnes dans les alpes de Haute Provence.

     

    Les desserts resteront trois jours sur la table et chaque convive doit les goûter tous. Ils sont servis avec du vin cuit. La table ne doit pas être desservie pour que les ancêtres puissent participer au dîner pendant la nuit. On noue simplement les coins afin qu’ils ne traînent pas sur le sol et que de mauvais esprits ne puissent pas grimper sur la table.

     

     

     

     

     

     

     

     

    La messe de minuit (et les pastrages)

     

     La messe de minuit n’est pas une tradition spécifiquement provençale mais elle est tellement ancrée chez les Provençaux qu’elle devient une sorte de fête qui mêle l’aspect folklorique et la pratique religieuse. Elle a lieu juste après le Gros Souper.

    DSCN0523

     

     

    La tradition de célébrer la messe de minuit le 24 décembre remonterait au Ve siècle.

     

    C’est l’occasion de se rendre en famille et assister à la veillée pour écouter et chanter les «NOEL»,  des chants de Noël en langue provençale, dont les plus connus sont ceux de l’Avignonnais Nicolas Saboly (1614-1675), dont Frédéric Mistral disait «qu’ils feraient pleurer d’émotion toute une église». Ces cantiques sont accompagnés de flûtes et des tambourinaires.

     

     

    Outre les «Noëls», la messe de minuit comprend aussi la cérémonie du pastrage (de pâtre qui signifie berger) ou présentation de l’agneau. Il s’agit d’une coutume pastorale ancienne qui se perpétue dans certains villages en Provence. Le patron des bergers, Lou bayle, vêtu de sa cape, portant un chapeau enrubanné et tenant un bâton de pèlerin se rend à l’autel de l’église, accompagné des autres bergers et d’un petit pâtre qui porte un agneau nouveau-né. Il se met à conter le voyage qu’ils ont fait à travers des collines et des vallons pour venir exprimer leur adoration à l’Enfant Jésus et déposer leur offrande. Le prieur prend alors l’agneau offert (on ne fait aucun mal à l’agneau). Ce rituel représente l’annonce faite aux gardiens des troupeaux par l’ange, qui les a réveillés pour leur annoncer la naissance du Christ.

    D’autres offrandes peuvent aussi avoir lieu : des fruits, des légumes, du poisson… tout dépend de la région. Parfois, on fait le tour du village au son des tambourins. Au sortir de la messe, des fougassettes  niçoises (du pain brioché tressé, parfumé à la fleur d’oranger et au safran, parfois farci de cédrat confit) sont offertes aux fidèles. On termine la soirée chez soi autour des treize desserts.

     

     

    Les Pastorales

     

    La pastorale est une représentation théâtrale célébrant la Nativité et évoquant avant tout la marche vers l’étable et l’histoire de Joseph cherchant vers Bethléem un logis pour la nuit pouvant accueillir sa famille. La pastorale comporte des passages chantés et des textes écrits en provençal et elle est jouée non pas par des professionnels mais par les villageois eux-mêmes qui improvisent souvent. Son nom vient des bergers, appelés pastres en provençal.

    L’histoire est typique : d’abord, les bergers sont avertis de la naissance de Jésus. Puis, le berger réveille tout le village et avec ses habitants se met en route, chacun prenant des présents pour l’enfant.

    On y retrouve des personnages typiques qui sont présents dans los crèches provençales : les pêcheurs, le rémouleur, le meunier, le bohémien, le maire, les vieux, l’aveugle, les bergers etc.

    La pastorale la plus connue en Provence est celle d’Antoine Maurel créée en 1844 qui comporte 5 actes.

    Les pastorales étaient d’abord jouées dans l’église même, faisant partie du rituel de la messe. De nos jours, elles se jouent hors de l’église après la messe de minuit entre le 25 décembre et le 2 février.

     

    La Provence est la destination idéale pour tous ceux qui veulent renouer avec les traditions et garder sur le monde un regard d’enfant !

     

    Passez d’excellentes fêtes et un très Joyeux Noël ou Bon Nouvè comme on dit en provençal à tous et à toutes !

     

    CHRYSOULA ROUGA

     

    DSCN0590

     

  • Tarte Fine de Rouget, vacances en provence

    Par Le 05/11/2015

    Ingrédients pour 4 personnes
     
    - 4 rougets
    - 1 fenouils bulbe
    - 1 poivron vert
    - 1 poivron rouge
    - 1 poivron jaune
    - Basilic
    - Huile d'olive
    - Quelques feuilles de roquette
    - 1 gousse d'ail
    - 1 pâtes feuilletée prête à dérouler
    ou
    Pâte feuilletée
    - 500 g de farine
    - 10 g de sel
    - 250 g d'eau
    - 350 g de beurre
    Préparation : 30 minutes
    Cuisson :30 minutes
    Difficulté : facile
     
     
    1 - Habiller les rougets et fileter puis réserver.
    2 - Dans un sautoir faites compoter dans l'huile d'olive le fenouil et les poivrons et l'ail (préalablement émincés finement) jusqu'á ce que le fenouil devienne fondant.
    3 - Abaisser la pâte feuilletée puis faites un cercle assez grand pour que l'on puisse y déposer 2 filets de rouget.
    4 - Disposer sur la pâte feuilletée une grosse cuillère de la compotée de fenouil et poivron.
    5 - Mettez au four pendant environ 12 minutes à 200 degrés. Pendant ce temps faites saisir à la poêle le filet de rouget. Puis disposez les sur la pâte et continuer la cuisson pendant 5 minutes.
    6 - Dans l'assiette, disposez la tarte au milieu de quelques feuilles de roquette et le basilic en pistou.
    Article81 1grd

    __________________________________________________________________________________________________________________________________________

  • Tian à la provençale à deguster avec des grillades

    Par Le 05/11/2015

     
    Préchauffer le four à 150°C (Th 5)
     
    Préparation des légumes
    Laver les légumes,
    Couper les extrémités de l'aubergine et de la courgette, puis couper les en lamelles pas trop fines.
    Les faire griller dans une poêle anti-adhésive avec juste un trait d'huile d'olive à feu.
    Saler et poivrer à votre convenance.
    Couper la mozzarella en petites tranches.
    Couper les tomates de la même manière.
     
    Cuisson
    Dans un plat allant au four, mettre de la sauce tomate dans le fond, puis intercaler les tranches de légumes et de mozzarella bien serrées.
    Faire cuire le tian, une dizaine de minutes, juste pour faire fondre la mozzarella et finir la cuisson des légumes.

    Présentation
    A proposer avec des grillades
     

     

    Recette tian a la provencale 7438337

  • la maison des hautures fait sa soupe au pistou

    Par Le 05/11/2015

    500 g de haricots verts plats (écheleurs)

    1 gros oignon blanc

    200g de coquillettes

    5oo g de tomates bien mûres

    500 g de haricots blancs à écosser

    500 g de haricots rouges à écosser

    • 3 carottes
    • 3 courgettes
    • 1 tête d’ail
    • 1 gros bouquet de basilic
    • huile d’olive
    • sel et poivre
    • gruyère / parmesan râpé
      1. Dans un grand faitout faire bouillir 1,5 d’eau et la saler. Verser en premier les haricots écossés et laisser bouillir ½ heure avant d’ajouter tous les autres légumes. Faire cuire encore deux heures à feu doux. 
      2. Hacher très finement l’ail et le basilic, saler.
      3. Blanchir les tomates 20 secondes. Les peler, les épépiner et les écraser.
      4. Dans un mortier, piler l’ail, les feuilles de basilic et les tomates. Ajouter 10 càs d’huile d’olive pour délayer la pommade. Prélever 4 càs de ce mélange et l’ajouter aux légumes.
      5. Servir la soupe, chacun ajoutant par dessus la sauce au basilic/ tomate selon son goût. Chacun peut ajouter du gruyère ou parmesan râpé.
    • Ecosser les haricots blancs et rouges. Trier les haricots verts plats et les couper en morceaux de 1 cm. Eplucher les carottes, les courgettes et les oignons et les couper en petits cubes.

    • Telechargement 5
  • la vrais recette de la soupe au pistou

    Par Le 05/11/2015

    Préparation de la recette:

    Laver tous les haricots, équeuter les haricots verts, écosser les haricots blancs et rouges, puis coupez-les en morceaux. Éplucher et couper les courgettes en morceaux. Plonger les tomates dans une casserole d'eau bouillante environ 30 secondes. En retirer la peau, les épépiner et les concasser grossièrement.

    Dans une marmite, chauffez 3 à 4 l d’eau salée et portez à ébullition. Ajoutez ensuite les haricots (blancs, rouges) ainsi que les autres légumes et les pâtes. Continuer de cuire à petite ébullition pendant 1 heure environ, en remuant de temps en temps. Essayez de conserver les légumes et pâtes croquants. Réserver.


    Pour le pistou:

    Peler, épépiner et hacher finement les tomates.

    Éplucher les gousses d'ail, les hacher et les mettre dans le mortier. Effeuiller et laver les feuilles de basilic. Bien l'égoutter en le déposant sur du papier absorbant. Placer le basilic au-dessus du mortier, ajouter le sel et bien broyer le tout avec un pilon jusqu'à obtention d'une crème. Ajouter le fromage, piler, puis ajouter un peu d'huile d'olive au fur et à mesure. Réservez le mélange obtenu.

    Pilez les tomates dans le mortier, jusqu'à obtenir une purée, puis ajoutez-les au précédent mélange. Transvaser cette préparation dans une grande soupière et réserver.

    Ajouter ce pistou à la soupe, mélanger et rectifier l'assaisonnement si nécessaire.


    Servir bien chaud.

    Telechargement 2

  • l'apero en provence

    Par Le 05/11/2015

    Les boissons Provençales

    En ce qui concerne les vins, au premier rang viennent, bien sûr, les côtes-du-rhône. La Provence a elle aussi ses côtes-du-rhône villages, et même quelques crus intéressants. 
    D’abord, le Chateauneuf-du-Pape, vin corsé, charpenté, au bouquet puissant et complexe, accompagnant parfaitement les viandes rouges, le gibier et les fromages à pâte fermentée. 
     

    Les Vaqueras et Gigondas produits près de Vaison-la-Romaine, sont de nobles vins rubis au fort goût de prune et de cerise qui prennent de l’ampleur en vieillissant. 
    Les amateurs de vins doux naturels craqueront pour le célèbre muscat de Beaumes-de-Venise, aromatique et fruité, produit du terroir des Dentelles de Montmirail. 
    Viennent enfin les côtes-de-Provence, connus surtout pour leur rosé. Les vins ne sont pas de grands crus mais ils sont de plus en plus remarquables et méritent vraiment d’être goutés. 

    Dans les familles provençales, depuis des générations, est fabriqué chaque hiver le vin d’oranges amères, appelé aussi “Vin Marquis”. Elaboré avec des oranges amères macérant dans du Marc de Provence, du vin, des épices et du sucre, il se sert très frais à l’apéritif.

    Le vin blanc de Cassis accompagne à merveille les poissons et la bouillabaisse. Un bon côtes-de-Provence rouge, quant à lui, s’accorde parfaitement avec pâtés et gibiers.

    Pour terminer ce petit tour des boissons typiquement provençales, voici le Pastis. Il est très courant de boire cet apéritif anisé et plus particulièrement le « pastaga » dont voici la recette :
    Mélangez environ 50 g d’anis vert, une demi-gousse de vanille, de la cannelle et 1 l. d’alcool à 90 °.
    Vous pouvez aussi varier les plaisirs en dégustant le pastis avec du sirop de menthe (un « perroquet »), avec de la grenadine (« la tomate ») ou encore avec du sirop d’orgeat (la « mauresque »).

    Images 11

  • Tartine méditerranéenne au chèvre

    Par Le 05/11/2015

    Ingrédients / pour 2 personnes

    • 1 petit pain ou 1/2 baguette tradition
    • 1/3 de poivron de chaque couleur : rouge, jaune, vert
    • oignon rose de roscoff
    • 12 tomates cerises rouges et jaunes
    • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
    • 1 pot de sauce tomates au basilic (faite maison de préférence)
    • bûche de chèvre coupée en tranches
    • 2 fines tranches de jambon cru (Serrano, Parme, Bayonne...)
    • Quelques feuilles de basilic frais
    • Sel, poivre
     

    Réalisation

    • Difficulté
    • Préparation
    • Cuisson
    • Temps Total
    • Facile
    • 15 mn
    • 15 mn
    • 30 mn

    PRÉPARATION Tartine méditerranéenne au chèvre

    Tartine mediterraneenne au chevre

    1Préchauffez le grill du four. Épluchez l'oignon et émincez-le en fines rondelles. Lavez les poivrons, ôtez les graines et les parties blanches. Coupez-les en lanières. Lavez et équeutez les tomates cerises. Dans une sauteuse, faites chauffer l'huile d'olive et faites revenir les oignons 1 mn sans laisser colorer puis ajoutez les poivrons et les tomates cerises, salez, poivrez. Laissez cuire à feu moyen en remuant de temps à autre jusqu'à ce que les poivrons et les oignons soient fondants. Réservez 6 tomates cerises pour la déco.
    2Coupez le pain en deux et faites-le toaster légèrement sous le grill. Disposez les 2 moitiés dans un plat à four ou sur une plaque, tartinez-les avec 2 cuillères de sauce tomates (la couche ne doit pas être trop épaisse). Répartissez dessus les poivrons, les oignons et les tomates cerises. Ajoutez les rondelles de fromage de chèvre et glissez sous le grill du four bien chaud pour faire gratiner.
    3Quand le fromage commence à fondre et à colorer sortez les tartines, décorez avec le jambon coupé en lanières et les tomates cerises réservées. Parsemez de basilic. Servez aussitôt avec une salade verte.
    Pour finir
    Le petit plus... Pour donner plus de caractère à votre tartine, frottez une gousse d'ail sur le pain après l'avoir toasté. Si vous n'aimez pas le fromage de chèvre, remplacez-le par un fromage au lait de vache : un St Marcellin par exemple ou de la mozzarelle, de la féta, etc... 
  • Dans Voyages

    les alpilles

    Par Le 05/11/2015

    Les Alpilles

       

    Moulin de Daudet - Alpilles

    Les Alpilles sont un des "must"incontournables de la Provence : harmonie de paysages sublimes, d'une nature demeurée sauvage et de traditions précieusement sauvegardées. 
    Image de la Provence intérieure, c’est la Provence authentiqueavec du style et du raffinement. C’est laProvence de St Rémy de Provence, des Baux de Provence... C'est le pays des écrivains Alphonse Daudet et Frédéric Mistral, c’est aussi le pays de Van Gogh qui a vécu à St Rémy et qui l'a inspiré par sa lumière, ses tournesols et ses fameux cyprès. 




    Lavandes - Alpilles

    Les paysages sont ici magnifiques, petites montagnes recouvertes de garrigue, forêts de pins ou de chênes et verdoyantes plaines se vallonnent régulièrement. De petites routes escarpées, d'agréables chemins ombragés jalonnent les Alpilles et vous offrent des panoramas de toute beauté digne des cartes postales les plus «cliché». Les champs d'oliviers s'étalent à perte de vue, ci et là percent des allées de cyprès, menant à de superbes bastides restaurées ou d'anciennes fermes de pierre sèche. 



    Santon - AlpillesSituées au Nord Ouest des Bouches du Rhône, les Alpilles s'étirent tel un triangle d'or, du Sud d'Avignon à sa pointe jusqu'aux confins de la Camargue arlésienne et la plaine de la Crau, avec deux fleuves mythiques de chaque côté, le Rhône et la Durance. Ce territoire doit son nom à la chaine de montagne peu élevée, Les Alpilles, qui le traverse d'Est en Ouest au milieu du triangle sur 30 km entreOrgon et St Etienne du Grès. Les Alpilles culminent à 493 m d'altitude seulement. 


    Glanum - St Remy de provence

    Il faut saluer l’exceptionnel legs des civilisations précédentes qui donnent aux Alpilles toute sa personnalité, le Glanum aux 3 civilisations et les Antiques à St Rémy, Montmajour, les innombrables chapelles et églises romanes dont St Gabriel à St Etienne du Grès, la forteresse de Tarascon, Citadelle du Moyen Age et les maisons Renaissance des Baux de Provence, Le château de Barbentane, les carrières, les aqueducs, abbayes,… et tous les mas témoins d’une longue civilisation agraire.

     

    Au delà des monuments et des vestiges prestigieux des Alpilles, il y a le charme simple des villages aux maisons étroitement serrées autour de l’église, la place et ses platanes, sa fontaine et ses terrasses de bar. Quelques villages typiquement provençaux :MaussaneMouriesFontvieilleEygalièresLe ParadouMaillane (village de Mistral), …Toute l'année les fêtes traditionnelles ponctuent les saisons et animent les villages. L'Art de vivre est cultivé ici avec une majuscule. 

    Olives - Alpilles
     

    On y fête dignement l’olive, ainsi que la vigne, il va de soi... Peu de région provençales paraissent si attachées à leurs traditions : fêtes de la Transhumance, Fêtes de la Charette (Fête de la St Eloi), jeux taurins, feria & abrivado. En décembre, les traditions Calendales sont célébrés dans tous les villages: marchés de Noël, gros souper avec les fameux 13 desserts, la cérémonie du pastrage... 
    Plus qu’ailleurs cette Provence ressuscite et réinvente son passé, ses traditions et affirme fièrement son identité.

     

    Les Alpilles

  • Dans Voyages

    le luberon

    Par Le 05/11/2015

    Le Luberon

      Entre les Alpes de Haute Provence et la plaine du Vaucluse s'étire la montagne du Luberon : montagne tutélaire, qui assemble plus qu'elle ne sépare, les vallées du Calavon au nord et la Durance au Sud; trait d'union naturel de ces "pays du Luberon" qui ondulent à ces pieds. 

    La Provence retrouve ici la pleine force de son caractère. Douceur du climat et transparence de l'air exaltent les étonnants contrastes d'une nature riche et multiple : striures bleues des lavandes, vert des forêts aux nuances subtiles, flamboyances des falaises d'ocres, blancheur austère des collines calcaires.

    Luberon vivant, où tout évoque l'enracinement de l'homme à son terroir : bories et murets de pierre sèche, imposantes bastides, villages perchés enchâssant châteaux et églises, certains gagnés par la renommée : Lourmarin,GordesManosqueRoussillon..., d'autres moins connus mais tout aussi attachants comme Vaugines ou Mirabeau, où furent tournés "Jean de Florette" et "Manon des Sources"...et bien d'autres lieux à découvrir.


     LE PARC NATUREL RÉGIONAL DU LUBERON 

    Les Pays du Luberon puisent leur attrait dans les traces de l'activité de l'homme, les espaces naturels eux mêmes ont vécu de cette dépendance. De ces activités passées, basées sur les ressources naturelles, nous restent les bories, les terrasses, des paysages ouverts et attractifs (crêtes du Luberon, ocres...). 

    La protection de la nature, des sites et des paysages se conjugue en Luberon avec un développement des activités voulu dans l'harmonie. Aussi tous les projets (constructions, défrichements, routes...) font l'objet d'un examen précis tout comme les documents d'urbanisme communaux, les programmes sur les forêts et les rivieres. 

    Développer les Pays du Luberon pour les garder vivants et attractifs réclame de la détermination. Le Parc Naturel Régional s'emploie à initier et à soutenir les projets qui conditionnent l'avenir en accordant au tourisme la juste place dans un équilibre a maintenir chaque jour. 

    Projet collectif, le Parc Naturel Régional du Luberon vit par le soutien de tous et plus particulierement de vous qui y vivez ou y séjournez. 
  • Location saisonniere à arles, vacances à arles, meublée de courte durée, la maison des hautures

    Par Le 05/11/2015


    La maison des hautures est une maison typiquement Arlésienne sur deux étages avec trois chambres pour 6 personnes située dans un ancien couvent en plein centre ville, Elle se trouve au cœur historique de la ville entre le rhone et les monuments comme les arènes, le théâtre antique et le forum, claire et spacieuse avec accès internet, confortablement équipée et aménagée agréablement .Vous découvrirez la magie des lieus et l’ambiance si particulière de la ville et de ses charmes cachés . Votre résidence de vacance la maison des hautures de part sa situation vous permettra de visiter la cité à pied ; 

    Description :
    Description :
    MAISON EN LOCATION TROIS CHAMBRES & TERRASSE
    TARIF
    PROMOS DE LA TOUSSAINT DEUX NUITS DU VENDREDI 30 OCT AU DIMANCHE 1 NOV LA CHAMBRE 70€/DEUX NUITS
    AUTRES TARIFS
    Tarif nuit du lundi au jeudi à partir de 47 € la chambre
    Tarif week end du vendredi au dimanche à partir de 54 € la chambre
    Semaine une chambre 290€
    Semaine deux chambres 390€
    Semaine trois chambres 490€
    réduction sur la deuxième semaine 20%
    Fais de ménage pour fin de séjour dans le cas des locations à la semaine uniquement 49€
    caution de 400€exigible
    Une taxe de sejour est en vigueur de 0,75 cent par personne majeure et par nuit
    prét de lit bébé+baignoire

    Grande maison familiale du 16ème siècle ( ancien couvent ) avec pierres de Fonvieille apparentes, meublée rustique avec trois vrais et belles chambres située en centre ville d'Arles, proche de tous commerces et près des arènes. Parking à proximité
    La maison est constituée au rez de chaussée d'un salon/salle à manger de 25 m², d'un WC et d'une kitchenette de 4 m² équipée
    Au premier étage, une grande chambre de 24 m², literie de 140 cm et d'une salle de bain de 9 m² avec douche et WC .
    Au second étage une chambre de 17 m² avec deux lits de 110cm ainsi qu' une chambre de 9m² avec literie de 140 cm. La maison est ensoleillée et conviviale, fonctionnelle et bien située pour passer des vacances des plus agréables. Entièrement équipée la maison saura vous séduire par son charme et son histoire. Arles est proche de la Camargue, du Lubéron, de la mer, vous trouverez une multitudes d 'activités à proximité tel que randonnée, musées, expositions, spectacles, sports, zoo ainsi que de bonnes tables pour vous rendre le séjour convivial. Les villes les plus proches sont Marseille, Aix en Provence, Avignon, Montpellier, Nîmes, à trois heures de l'Espagne et quatre heures de l'Italie

    Quelques apreciations

    4 5 étoilesAvis écrit le 14 décembre 2014 Séjour en novembre 2014

    Idéalement situé pour découvrir le centre ancien... Bon contact avec le propriétaire charmant... salle de bain correcte, à moderniser.... Plus

    Signaler un problème

     

    hlaurent1
    Paris, France
     1 avis
    4 5 étoilesAvis écrit le 31 octobre 2014 Séjour en août 2013

    j'ai passé un superbe sejour à Arles dans cette location maison spacieuse,simple et fonctionnelle, située à 100 metres des arenes dans le coeur de la ville (commerce,bar, restaurant). Arles est une ville magnifique pleine de charme, la region dans un rayon de 50 km propose une multitude d'excursions ou visites pour tout les gouts. de plus le proprietaire est tres... Plus

    Signaler un problème

     

    Françoise...
    Rennes, France
     1 avis
    5 5 étoilesAvis écrit le 28 août 2014 Séjour en août 2014

    Une maison charmante et pratique dans le centre historique + un propriétaire sympathique et attentionnée + un rapport qualité/prix intéressant + une ville superbe et riche de propositions = un très bon séjour de vacances ! Plus

    Équipements
    •  
      Accès internet
    •  
      Balcon
    •  
      Bouilloire
    •  
      Canapés-lits: (1)
    •  
      Chauffage central
    •  
      Coffre-fort
    •  
      Congélateur
    •  
      Draps fournis
    •  
      Fer à repasser
    •  
      Four
    •  
      Grille-pain
    •  
      Guides/cartes des environs
    •  
      Jardin partagé
    •  
      Lecteur de DVD
    •  
      Lits-bébés (1)
    •  
      Lits doubles: (1)
    •  
      Machine à laver
    •  
      Micro-ondes
    •  
      Nombre de fauteuils du salon (5)
    •  
      Places à table (5)
    •  
      Porche
    •  
      Réfrigérateur
    •  
      Salon extérieur
    •  
      Serviettes fournies
    •  
      Télévision
    •  
      Terrasse
    •  
      Wi-Fi
     
     
    Caractéristiques
    • Accès en fauteuil roulant : 
      Non
    • Accès aux personnes âgées : 
      Non
    • Animaux domestiques autorisés : 
      Demander
    • Autorisation de fumer : 
      Demander
    • Convient aux enfants : 
      Oui
  • Dans Sorties

    les 10km d'arles

    Par Le 10/10/2015

    Typе d'éprеuvе Cоursе à pіеd > Cоurtе dіstаncе Dаtе Dіmаnchе 25 Octоbrе 2015 (аutоmnе) Hоrаіrе dе prеmіеr dépаrt 10h00 Dіstаncе еxаctе 10,1 km Dénіvеlé cіrcuіt -- Infоrmаtіоns sur l'éprеuvе   Fédérаtіоn аffіnіtаіrе FFA Trаcе gps du pаrcоurs nоn dіspоnіblе аctuеllеmеnt   Rеnsеіgnеmеnts еt іnscrіptіоn Cоntаct оrgаnіsаtеur Lеs 10 Km d'Arlеs Lаndry Jеаn Chrіstоphе 04 90 93 68 13 06 12 97 55 65 Pаrtіcіpаnt(е)s Unіquеmеnt аdultеs іndіvіduеls unіquеmеnt Tаrіfs d'іnscrіptіоn Nоn cоnnus pоur lе mоmеnt. Suіvі еn dіrеct lіvе -- Plus d'іnfоs sіtе wеb 19° 10 km d'Arlеs Lоcаlіsаtіоn précіsе еt hébеrgеmеnts prоchеs www.lamaisondeshautures.com 

    Plus d'informations sur "10 km d'Arles (13200)" sur http://www.calendrier.dusportif.fr/10km-arles-08355

    Course 031