Images 3

Les arénes d'Arles

AMPHITHÉÂTRE (ARÈNES)

fin Ier siècle apr. J.-C.

PRÉSENTATION
L’amphithéâtre est le monument le plus important de l’ancienne colonie romaine qui nous soit permis d’admirer, quelque deux millénaires après son édification. 

Son architecture est entièrement 

Vue aérienne de l'amphithéâtre

conçue en rapport avec sa vocation de lieu à grands spectacles, accueillant un nombreux public. 

Dans leur élévation initiale, les gradins pouvaient recevoir environ 21 000 spectateurs, dont les flux étaient savamment organisés par un réseau de portes, galeries et escaliers, sur plusieurs étages.

Devenu dès le début du Moyen Âge une véritable ville close et fortifiée, l’édifice ne fut dégagé qu’au XIXe siècle. 

Il retrouva alors, pour partie, sa fonction initiale, notamment avec la tauromachie, ce qui lui vaut sont appellation courante actuelle d’« arènes ».

C’est aujourd’hui le monument de la ville le plus visité, portant ainsi l’image d’Arles dans le monde entier.

 

HISTOIRE
Après la première urbanisation "augustéenne " des dernières décennies du Ier siècle, durant la dynastie flavienne (69-96 après J.-C.), la ville va littéralement éclater et déborder par-delà 

Dessin de François Huard, 1824

le corset désormais trop étroit des remparts initialement élevés sous le principat d'Auguste

Cette expansion est due à une phase de prospérité liée à une intense activité économique, notamment commerciale.

Hormis le quartier de Trinquetaille, c’est sur la rive gauche que les transformations de cette période sont les plus évidentes. 

C'est bien l'amphithéâtre qui domine, au sens propre du terme, la physionomie de la nouvelle cité arlésienne. 

L'ampleur du monument, les contraintes techniques de la topographie (voire un nouveau parti pris urbanistique ?) font que l'amphithéâtre remettra en cause le quadrillage de la voirie originelle, oblique par rapport à cette dernière.

Dès la fin de l'Antiquité, l'édifice a servi de lieu d'habitation avant de devenir l'un des refuges pour la population en des périodes plus troublées. 

Au Moyen Âge la défense a été renforcée par quatre tours. L'amphithéâtre devint alors une véritable petite ville avec rues, place, églises, dont celle de Saint-Michel-de-l'Escale

En 1735, le conseil de ville décide d’interdire la restauration des maisons en ruine à l’intérieur du monument. 

Des initiatives sont alors prises pour libérer l’édifice de cette occupation parasite, mais la physionomie des lieux évolue peu. 

Le XIXe siècle est la grande époque de restauration du monument.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !