LE BLOG-INFO

  • Les plus beaux endroits

    les plus beau endroits

     

     

    Les Tours de l'Amphithéâtre

    Tours datant du XIIeme siècle. Dès le début du Moyen - Age, le monument romain servit de forteresse et abrita 212 maisons. Les arcades furent murées et trois tours construites. ...

     Localisation

    Rond-point Des arènes
    13200 Arles

     

    Eglise Saint-Honorat de Mas-Thibert

    L’église de Mas-Thibert fut consacrée en 1857, sous le vocable de Saint-Honorat. C’est la seule église de la commune construite par l’architecte Henri Révoil. Avant cette implantation, l’église de Mas-Thibert changea ...

     Localisation


    13104 Arles

     
     

    Eglise Saint-Pierre de Saliers

    L’église a été édifiée sur l’emplacement d’une ancienne chapelle datant vraisemblablement au XIIe siècle. Vers 1930, l’édifice menaçait de s’écrouler. C’est pourquoi elle fut entièrement rénovée à la fin des années trente, ...

     Localisation


    Saliers
    13200 Arles

     

    Eglise Saint Vincent

    L’église d’Albaron existait déjà au Moyen Âge et dépendait à l’époque du château du même nom. Érigée sous le vocable de Saint-Vincent elle devint paroisse en 1230. Ruinée par les guerres de ...

     Localisation

    CD 37
    13200 Arles
     
     
     

  • ARTICHAUD BARIGOULE COMME ON LES MANGE EN PROVENCE AVEC LAMAISONDESHAUTURES

    Ingrédients
    • 4 Petits artichauts violets
    • - 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
    • - 2 oignons émincés
    • - 3 carottes pelées et coupées en dés
    • 2 gousses d'ail épluchées
    • - 200 gr environ de lardons (poulet ou cochon)
    • - 1 verre de vin blanc ou 1 verre d’eau avec 1 Kub or
    • - 1 verre d’eau
    • - sel, poivre, thym
     
    Instructions
    1. Dans une cocotte, mettez à dorer doucement avec l'huile d'olive l'oignon les carottes les lardons l'ail, et remuez souvent
    2. Pendant ce temps préparez les artichauts :
    3. Coupez le queue à ras, et ôtez deux centimètres de feuilles en partant du haut
    4. Coupez les en deux et enlevez le foin s'il y en a
    5. Déposez les artichauts feuilles vers le haut, ajoutez le vin et l'eau, le thym, salez et poivrez puis laisser mijoter à couvert une petite heure.
    6. Durant la cuisson, arroser les artichauts avec le jus de cuisson
    7. Servez chaud
     
    Le conseil en plus
    Pour accélérer la cuisson, vous pouvez les faire en cocotte minute ou en mijoteur électrique

    __________________________________________________________________________________________________________________________________________

    Lire la suite

  • Livre de recettes de fondues et raclettes à telecharger

         


    Fondues au bouillon

    LE BOUILLON
    Lorsqu'une fondue s'improvise à la dernière minute, les bouillons du commerce prêts à l'emploi sont de parfaits dépanneurs. Pour ajouter une petite touche perso, il suffit d'ajouter un peu de vin, d'oignons, d'ail… et le tour est joué!

    Puisque ces bouillons sont plutôt denses et qu'ils tendent à épaissir après quelque temps sur le réchaud à fondue, il peut être avantageux de les étirer avec du liquide, comme de l'eau, de la bière ou un autre bouillon.

    Évidemment, le bouillon maison demeure la meilleure option, ouvrant la porte à de multiples possibilités. Mais que le bouillon soit maison ou du commerce, il doit toujours être choisi en fonction des chairs servies. On mettra en valeur la viande rouge et de gibier par un bouillon à base de boeuf, d'oignon et de vin rouge. Pour le poulet ou la dinde, dont les saveurs sont plus subtiles, on préférera le bouillon de volaille et vin blanc, alors que pour le poisson et les fruits de mer, on optera pour un fumet de poisson.

    LES VIANDES
    Si vous êtes du genre «valeur sûre», il y a toujours les fines tranches de boeuf, de poulet ou de porc, offertes fraîches ou surgelées. Si au contraire vous aimez sortir des sentiers battus, vous serez tentés par l'agneau, l'autruche, le lapin ou la viande chevaline. Vous les trouverez déjà tranchés au rayon des surgelés. Pensez aussi au gibier (canard, sanglier, wapiti, cerf, bison, faisan), aux poissons à chair ferme (saumon, flétan, aiglefin) ainsi qu'aux fruits de mer (pétoncles, crevettes). Et pourquoi ne pas mélanger les saveurs en optant pour une formule surf and turf?

    LES LÉGUMES
    Les légumes aussi adorent faire trempette! En plus de gagner en goût en baignant dans le bouillon, ils ajoutent de la couleur, des vitamines et de la texture à la fondue. Brocoli, chou-fleur, brocofleur, champignons, poivron, courgette, pois mange-tout, fenouil,
    bok choy… il suffit de les plonger dans le bouillon (en bouquets, émincés ou en gros cubes) et de les récupérer au moyen d'une épuisette lorsque suffisamment cuits. Pour les légumes plus fermes, il est recommandé de les faire préalablement blanchir.

    Fondues à l'huile
    Dans cette catégorie, on trouve entre autres la fondue bourguignonne et la fondue tempura. La première consiste en des cubes de viande crue, traditionnellement du boeuf, que l'on fait cuire dans l'huile bouillante. La coupe de viande à favoriser est le filet ou le faux-filet, alors que pour l'huile de cuisson, c'est l'huile d'arachide qu'il faut préférer. Évidemment, comme pour la fondue au bouillon, le boeuf peut être remplacé par du gibier, de la volaille ou du porc.

    En ce qui concerne la fondue tempura, il s'agit de crevettes, de légumes ou de morceaux de poisson que l'on enrobe d'une pâte et que l'on fait frire dans l'huile bouillante. Un petit truc futé pour vous aider: afin de vous assurer que la pâte tempura adhère bien à chacun des aliments, prenez soin de les fariner avant de les y tremper. Il importe également de respecter le degré de température de l'huile indiqué dans la recette de pâte. Autrement, elle pourrait brûler avant que les aliments ne soient cuits. Si vous n'avez pas de thermomètre, plongez un bout de pain dans l'huile: lorsqu'il remonte à la surface, l'huile est suffisamment chaude.

    Les sauces
    Une fondue au bouillon ou à l'huile ne serait pas complète sans sauces. Légères ou crémeuses, douces ou épicées, acidulées ou sucrées, à base de fruits, de fines herbes ou de légumes, aux saveurs classiques ou exotiques, elles existent dans une myriade de déclinaisons. Afin d'harmoniser les goûts, il suffit de les créer en fonction des chairs choisies.

    Les sauces à base de mayonnaise ou plus assaisonnées vont bien avec les viandes rouges. Les sauces relevées ou à base de petits fruits, comme le bleuet, se marient bien aux viandes de gros gibier (cerf, bison...), tandis que les sauces douces ou fruitées relèvent délicieusement le petit gibier (canard, faisan...). Les fondues aux notes asiatiques avec poulet, poisson et fruits de mer aiment s'allier au gingembre, aux agrumes, au sésame et à la coriandre.

    Notez qu'il existe aussi une belle gamme de sauces du commerce. Toutes prêtes, elles sont des plus pratiques lorsque le temps manque ou qu'un repas de fondue s'improvise à la dernière minute.

    Les bonnes quantités à prévoir
    Pour que le repas soit parfait, il faut tout prévoir! Le tableau suivant indique les quantités de bouillon, de viande et de sauce recommandées selon le nombre de convives. Prévoyez un caquelon par groupe de quatre à six personnes.



    La raclette
    La raclette traditionnelle consiste à faire fondre une demi-meule de fromage (à raclette, bien sûr!) devant une flamme. Le fromage fondu est servi avec des pommes de terre, des marinades (oignons perlés, cornichons…) et des charcuteries (jambon, prosciutto, viande des Grisons, salami…).

    Les grils électriques avec plaque chauffante ont permis d'élargir le répertoire de la raclette: viandes (boeuf, poulet, saucisses…), fruits de mer, poisson et légumes se joignent maintenant au festin.

    Pour une version traditionnelle (fromage, pommes de terre, charcuteries, marinades), comptez 200 g (environ 1/2 lb) de fromage et de 90 à 120 g (de 3 à 4 oz) de charcuteries par personne. Si vous ajoutez de la viande et des légumes au menu, diminuez la quantité de fromage à 125 g (environ 1/4 de lb) par personne.

    Fondues au fromage
    Rien de tel qu'une bonne fondue au fromage pour nous rassasier et nous réchauffer après une longue et froide journée d'hiver! Originaire de Suisse, ce mets a depuis longtemps dépassé les frontières de ce pays pour prendre la saveur locale de chaque endroit où il est préparé.

    Le secret pour une fondue au fromage réussie? Un caquelon en céramique ou en fonte émaillée, un brûleur à l'huile, de délicieux fromages, une gousse d'ail, un peu d'alcool (vin blanc, cidre, kirsch ou bière) et de la fécule de maïs pour lier le tout. Et pour faire trempette? Des baguettes de pain de la veille à croûte bien croustillante, quelques grappes de raisin et une sélection de vos légumes préférés, préalablement blanchis.

    Si jamais au cours du repas le fromage devient trop épais, il suffit de le diluer avec un peu de vin blanc légèrement réchauffé.

    La fondue dessert
    Pour les becs sucrés, la fondue dessert s'avère un véritable petit péché! Au chocolat noir, blanc ou au lait, à l'érable, à la guimauve ou au caramel, les possibilités sont nombreuses… Qu'on y trempe des morceaux de fruits, de gâteau ou de biscuits, c'est un dessert qui sait plaire aux petits comme aux grands.

    LE SECRET D'UNE BONNE FONDUE AU CHOCOLAT
    Une fondue au chocolat doit être préparée dans un plat conçu à cet effet pour être réussie, car le chocolat peut brûler lorsqu'il est soumis à une chaleur trop intense. Le caquelon doit donc être fait de céramique et avoir une petite taille. Dans le réchaud, on placera une petite bougie de type chauffe-plat et non un brûleur. Ce dernier dégagerait trop de chaleur, même si la flamme est faible.

    Craquez pour les fondues et raclettescraquez-pour-les-fondues-et-rac-catherine-mery.pdf (1.46 Mo)

    Lire la suite

  • Comment reconnaître un pervers narcissique dans votre équipe !

    Apprenez à reconnaître un pervers narcissique dans votre équipe !

    Résultat de recherche d'images pour "PERVERS NARCISSIQUE"

     

    Un pervers narcissique, ou manipulateur, est un sculpteur confirmé de burn-out chez autrui. S’il est dans votre équipe, il pourra s’attaquer, au choix, à l’un de vos collaborateurs ou à vous-même. A moins qu’il n’utilise son 6ème sens, celui qui lui permet de répondre instinctivement aux besoins enfouis de chacun avant de dégainer l’arme suprême de la culpabilité, pour anéantir l’une après l’autre toutes les personnes un tant soit peu fragiles. Il faut agir avant de lui laisser le champ trop libre, agir avant d’assister aux démissions de vos collaborateurs les plus efficaces et investis, agir avant de ressentir vous-même un malaise trop fort, qui risque fort de vous rendre… moins fort. Apprenez à reconnaître un pervers narcissique dans votre équipe ! Et évitez-vous un burn-out.

     

    Du paradis au burn-out, il n’y a qu’une personnalité…

    Un nouvel arrivant dans votre équipe. Il a l’air très bien, ce Monsieur. Très compétente et humainement investie, cette Dame. Vous vous sentez reconnu, compris. Presque fasciné. Il/elle vous valorise et vous encourage à la confidence… que vous ne lui refusez pas, tant le courant passe entre vous. Un courant tout doux, d’abord, qui sans que vous ne compreniez comment, devient progressivement du 220 V bien trempé et finit par vous électrocuter. Le climat, peu à peu, s’éloigne de l’idéal et se fait cauchemardesque. Monsieur, Madame, était ce que l’on appelle un(e) pervers(e) narcissique. Mais vous ne l’aviez pas démasqué(e). Attention risque de burn-out ou de harcèlement  en vue !

    Le nombre de ces manipulateurs serait en nette progression ces dernières années. Leur piège est sans pitié : ils se présentent tels que leurs proies souhaitent les voir, résolvant leurs problèmes les plus intimes, avant d’utiliser l’ascendant pris sur leurs victimes pour mieux les dévaloriser, usant et abusant de petites phrases aussi anodines qu’assassines, s’appropriant leurs idées tout en les dénigrant. Cela prend des mois, parfois des années. Le fait est que la personne vous dévore littéralement de l’intérieur. Elle vampirise votre énergie vitale, comme pour y trouver son propre carburant. Les manipulateurs sont des maîtres es burn-out.

    Et si vous-même ne succombez pas, c’est peut-être que le pervers manipulateur a choisi une autre victime de son processus destructif. Un collaborateur qui risque sa santé (et c’est toute votre équipe qui en fera les frais !), perdant confiance en lui, devenant irritable, se renfermant sur lui… Un collaborateur très, très proche du burn-out.

    Et si les identifier permettait de contrer à temps ces artisans d’épuisement professionnel ?

    Un pervers narcissique, pervers ou narcissique ? Ou comment  démasquer  et contrer un manipulateur façonneur de burn-out.

    Votre nouvelle recrue vous semble trop parfaite pour être honnête ? Voici, au cas où elles vous parleraient, quelques caractéristiques récurrentes chez les manipulateurs/trices… et des conseils pour parer chacune d’elles.

     1. Il répond très souvent de façon floue : demandez-lui de préciser sa pensée, en rapportant systématiquement vos échanges aux objectifs et plans d’action. Avec un manipulateur, parlez concret. Et, surtout, restez dans un cadre strictement professionnel. Ne vous aventurez surtout pas sur le plan de l’émotionnel ou de l’affectif qui vous mènerait tout droit à la case burn-out (vous ne passeriez même pas par la case départ).

     2.  Son comportement, ses opinions, ses sentiments changent en fonction des situations et des personnes qu’il côtoie : mettez-le face à ses contradictions, quitte à vous servir de mails et autres pièces à conviction comme preuves de son caméléonisme. Dévoilé, son petit jeu se retournera contre lui… il le délaissera vraisemblablement.

    3. Sans en avoir l’air, il critique, dévalorise et juge, mettant en doute les qualités et compétences de ses collaborateurs, attaquant leur personnalité : ne gardez en tête que votre propre opinion au sujet des membres de votre équipe. Vous connaissez chacun d’eux, son niveau de performance et sa capacité à traiter tel ou tel dossier. Vos objectifs ne sont pas ceux du manipulateur… qui voudrait pourtant vous faire croire le contraire. Il vous parle (en bien ou en mal) d’un membre de l’équipe ? Demandez-vous ce qu’il a à gagner, lui, en vous donnant cette « information ».

     4. Il est passé maître dans l’art du « diviser et apeurer pour mieux régner » : si votre suspect part en vacances et que l’ambiance devient mystérieusement plus sereine… c’est qu’il n’y a, justement, pas de mystère. Seulement l’absence du colporteur de rumeurs et de méchancetés. L’absence de celui qui sème zizanie et suspicion, stress et angoisses. Plus personne pour dire que le licenciement se prépare et que la boîte est sur le point de couler. Profitez-en pour faire des points réguliers avec l’ensemble de votre équipe, à qui vous pourrez enfin fournir de vraies informations, désamorçant les inquiétudes, sans vous faire contrer aussitôt la réunion terminée. En revenant, il sera malaisé pour le manipulateur de replonger tout le monde, désormais correctement renseigné,  dans ce climat de crainte propice au burn-out.

     5. Il évite les entretiens, s’échappe de réunion, prétextant toujours un rendez-vous de dernière minute chez un client ou des tonnes de travail urgent : souvenez-vous que le manager, c’est vous !!! Rappelez-lui ses obligations par mail et conservez les preuves. Un manipulateur est loin d’être bête : il comprendra assez vite qu’il lui est impossible de se faufiler ainsi, telle une anguille, sans que cela ne lui porte préjudice d’une manière ou d’une autre. Surtout, ne le laissez pas prendre l’ascendant sur vous ! VOUS dirigez. IL doit se plier à cette hiérarchisation des décisions.

    6. Mettant en avant l’ignorance (même imaginaire) des autres, il fait croire à sa supériorité : soyez attentif à la manière qu’il a de charger de boulot ses collègues pour en récolter, lui, les fruits. Dévalorisant publiquement un collaborateur qu’il aura mis sous sa coupe, il utilise son travail (qu’il critique par ailleurs) pour se mettre en lumière. En tant que manager, vous devez repérer ce genre de comportement pour éviter que soit harcelé moralement l’un des membres de votre équipe ou qu’il fasse un burn-out!


    D’autres pistes pour démasquer et contrer un collaborateur manipulateur et source de burn-out? Une expérience en la matière ? Notre blog est ouvert à vos récits et suggestions.

     

     

  • EXPO PHOTOGRAPHIES Michel GARCIA

    La photographie a su tirer parti de nombreuses innovations technologiques et techniques dans les domaines de l'optique, de la chimie, de la mécanique, de l'électricité, de l'électronique et de l'informatique.

     
    Point de vue du Gras, le premier résultat d'une expérience de Joseph Nicéphore Niépce. Cette photographie représente une partie de la propriété de Niépce. Elle fut prise en 1826.

    Les deux phénomènes nécessaires à l'obtention d'images photographiques étaient pour certains connus depuis longtemps et explicité dans le Traité d'optique. Les réflexions d'Aristote et les travaux du père de l'optique moderne Ibn al-Haytham, ont permis de mettre la réalité en boîte ; il suffit de percer un « petit trou » (sténopé) dans une chambre noire (en latin : camera obscura) pour voir apparaître une image inversée dans le fond blanc de la boîte. D'autre part, les alchimistes savaient que la lumière noircissait le chlorure d'argent. Vers 1780 Jacques Charles, plus connu pour son invention de l'aérostat gonflé à l'hydrogène, parvint à figer, mais de façon fugitive, une silhouette obtenue par le procédé de la chambre noire sur du papier imbibé de chlorure d'argent. Thomas Wedgwood (1771-1805) fit des expériences analogues avec le nitrate d'argent ; il en publia un mémoire en 1802. De son côté John Herschel en 1819 décrit les propriétés de l'hyposulfite de sodium qui deviendra le fixateur.

    Joseph Nicéphore Niépce, un inventeur de Chalon-sur-Saône, associe ces trois procédés pour fixer des images (de qualité moyenne) sur des plaques d'étain recouvertes de bitume de Judée, sorte de goudron naturel qui possède la propriété de durcir à la lumière (1826 ou 1827) ; la première photographie représente une aile de sa propriété à Saint-Loup-de-Varennes en Saône-et-Loire. Nicéphore meurt en 1833 et Louis Daguerre poursuit l'amélioration du procédé. En découvrant le principe du développement de l'image latente, Daguerre trouve le moyen de raccourcir le temps de pose à quelques dizaines de minutes. En 1839, il promeut son invention auprès du savant et député François Arago, qui lui accorde son soutien.

    Ainsi, la date conventionnelle de l'invention de la photographie est 1839, c'est la date de la présentation par Arago à l'Académie des sciences de l'« invention » de Daguerre, le daguerréotype. C'est en fait une amélioration de l'invention de Niépce.

    Lire la suite

  • Le Poulet aux écrevisses de la maison des hautures

    La recette du poulet aux écrevisses de Julie Andrieu

    Poulet aux écrevisses

    • 28 mai 2013
    • Type de plat : Plat
    • Difficulté : Facile
    • Temps de préparation : 
    • Temps de cuisson : 
    • Pour : 6 personnes
    • Prix : Moyen

    Ingrédients :

    • beau poulet de 1,8 kg coupé en 12 morceaux
    • 21 écrevisses
    • échalotes
    • carotte
    • blanc de poireau
    • bouquet de persil
    • gousse d’ail
    • cuil. à soupe d’huile de tournesol
    • eau-de-vie de prune, de poire ou cognac
    • 75 cl de vin blanc sec (type sauvignon)
    • boîte de 140 g de concentré de tomates
    • 250 g de crème liquide
    • brins de thym
    • feuille de laurier
    • pincée de piment de Cayenne
    • cuil. à café de sel, poivre du moulin

    Préparation :

    Dans une grande cocotte en fonte, faites revenir les morceaux de poulet à feu moyen avec 2 cuil. à soupe d’huile, sans les laisser colorer ni devenir croustillants. 
    Pendant ce temps, ôtez les intestins des écrevisses, situés juste au-dessus de leur queue, en tirant dessus. 
    Ajoutez 3 écrevisses dans la cocotte du poulet, couvrez et haussez le feu. 
    Laissez cuire 15 min. 
    Mixez la carotte pelée avec le 1/2 blanc de poireau.
    Epluchez les échalotes et l’ail, et rincez le persil. 
    Hachez-les longuement. 
    Chauffez le reste d’huile dans une grande poêle, cuisez les écrevisses sur feu vif, à couvert, de 5 à 7 min en remuant. 
    Versez l’eau-de-vie et flambez. 
    Recouvrez le poulet avec le hachis de légumes, ajoutez les écrevisses, puis le vin dans lequel vous aurez dilué le concentré de tomates. Ajoutez le thym et le laurier, puis le hachis ail-échalotes-persil et le piment de Cayenne. 
    Salez, poivrez, mélangez, puis couvrez. 
    Laissez cuire 30 min à feu assez vif. 
    Ajoutez la crème, rectifiez l’assaisonnement et laissez mijoter encore 10 min. 
    Servez avec du riz.


    __________________________________________________________________________________________________________________________________________

  • Le costume d'Arlésienne

    Costume d'Arles

     
     
     
    Une des Reines d'Arles en costume

    Le costume d'Arles est avec le costume provençal comtadin l'une des deux grandes variantes du costume provençal. Appelé aussi arlèse, son port a été relancé par Frédéric Mistral à la fin du xixe siècle comme l'un des signes de l'identité culturelle de la Provence. Encore utilisé le dimanche jusqu'au début du xxe siècle, son usage courant a progressivement disparu au cours de la première moitié du xxe siècle. Actuellement, il n'est porté qu'épisodiquement, par des groupes folkloriques ou lors de manifestations volontaristes de l'identité locale1.

    Historique

    Originalité

    Ce costume d'Arles se distingue d'abord par une coiffe spéciale qui nécessite le port de cheveux longs. En fonction des jours de la semaine et des tâches à accomplir, cette coiffure était retenue sur le sommet de la tête par un ruban, une cravate ou un nœud de dentelles. Mais elle exigeait toujours un temps de préparation important et des soins particuliers pour respecter l'exigence de ses canons. Cette coiffure est peu adaptée aujourd'hui à une vie professionnelle moderne. Face à la mode des cheveux courts, un substitut sous forme de postiche a été proposé, mais son manque de naturel l'a voué à l'échec4.

    • Différents costumes d'Arles
    • Vincent Van Gogh, portrait de Madame Ginoux

    •  
    • Arlésienne en 1904

    •  
    • Élisa Quenin, guide bénévole des Baux-de-Provence

    •  
    • Arlésienne aux Saintes-Maries-de-la-Mer

      Composition

       
      Arlésiennes à la terrasse d'un café
       
      Arlésiens en costume traditionnel

      Parmi les pièces qui compose actuellement l'habillement et signe son élégance, il y a la chapelle, plastron de dentelle en forme de trapèze, apparu en 1860, et qui couvre la poitrine5, le grand châle, de forme carrée, qui moule le buste, la robe longue en satin de différentes couleurs, toujours pincée à la taille, les dorures (bijoux, agrafes, boucles ou crochets) qui sont transmises de génération en génération. Ces parures vont du tour de cou en argent, aux différentes croix d'or filigranées, dites croix provençales, des bracelets en or massif enrichis de diamants6, aux boucles d'oreilles (pendants ou brandanto) réservées aux seules femmes mariées, en passant par les bagues rehaussées de pierres précieuses, les boucles de soulier en argent, les agrafes de manteau dorées ou argentées, les crochets d'argent pour la ceinture qui permettaient de suspendre les clefs, à la fois signe de richesse et de possession sur la maison familiale7.

     
    Costumes arlésiens au XVIIIe siècle (Atelier de couture à ArlesAntoine Raspal, 1760, musée RéattuArles).

    Parmi toutes les variétés locales à la mode au cours du XVIIIe siècle, seul le costume d'Arles, porté indifféremment par les femmes de toutes conditions, a traversé la Révolution, tout en continuant à évoluer d'une façon naturelle. Jusque dans les années 1950, il était encore porté, quotidiennement à Arles par un certain nombre de femmes, et plus particulièrement le dimanche. Le costume d'Arles a été la tenue féminine traditionnelle dans tout l'ancien archevêché, a tenté de s'imposer jusqu'à Avignon sous l'impulsion de Frédéric Mistral, a débordé sur la rive droite du Rhône de la Camargue gardoise jusqu'à l'Uzège2, s'est étendu à l'Est par delà la Crau, jusqu'à la Durance et le golfe de Fos. Toute son évolution est retracée au Museon Arlaten3.

    • Arlésiennes du XIXe siècle, au temps de Daudet et Bizet par Jean-Joseph Bonaventure Laurens
    • 01 Bonaventure Laurens Arlésiennes en costume.jpg
       
    •  
    • 01 Bonaventure Laurens Arlesienne du temps de Daudet et Bizet.jpg
       
    •  
    • 01 Bonaventure Laurens Inhabitants of Arles during the time of Daudet and Bizet.jpg
    •  

  • Visitez la provence

    Bouches du Rhône

      Population: 1.759.371 h Superficie 5.255 km2
    Les Baux de Provence Avec ses zones montagneuses (les Alpilles au Nord, la Sainte Baume et la Sainte Victoire à l'Est) alternant avec des plaines et des zones sauvages (la Camargue), des zones fortement urbanisées (Marseille), des espaces boisés et un littoral contrasté (calanques, plages et ports), les Bouches du Rhône offrent une large palette de paysages et de cultures provençales. 

    Depuis les paysages de Cézanne, les Santons d'Aix, les ferias d'Arles, les gitans des Saintes Maries de la Mer, ou encore la fameuse partie de carte de Raimu sur la Cannebière jusqu'aux couleurs du couturier Christian Lacroix, c'est une Provence riche en caractère qui séduit de toutes ses facettes. 


     PORTE DE LA MÉDITERRANÉE

    Marseille est une entité à part entière dans la Provence. Marseille
    2ème ville et 1er Port de France, elle demeure aujourd'hui une capitale du Sud, généreuse et cosmopolite, avec Aix en Provence à ses côtés si différente et complémentaire.

    Villes de contrastes avec leurs accents uniques, leurs vieux quartiers et leurs folklores populaires, elles jouent un rôle économique majeur dans les Bouches du Rhône. Villes de science, de technologie et de culture, l'ensemble rayonne sur la région avec Aix comme pôle culturel. 

     LES CALANQUES SAUVAGES 
    Marseille

    De Marseille à La Ciotat avec Cassis entre les deux, sur près de 20 km de long et 4 km de large, les calanques forment un site classé unique en Europe de 4.000 ha. Canyons encaissés, pics de dentelle, roches blanches battues par les vagues écumantes, les falaises dont les plus hautes dominent la mer de 400 mètres se visitent soit part la mer, soit par les 160 km de sentiers balisés. 



     LA CAMARGUE
    Camargue
    A l'extrême gauche du département, au dessous d'Arles, c'est le lieu de rencontre du Rhône et de la Méditerranée. laCamargue s'étend au milieu d'un parc naturel de 85.000 ha qui abrite flamants roses, hérons et cormorans. Cette vaste plaine de marais, d'étangs et de rizières est protégée des agressions du monde moderne. Sauvage elle demeure et unique elle restera avec ses gitans, ses élevages de taureaux et leurs gardians montés sur les chevaux blancs.

     LES ALPILLES
    AlpillesAutre paysage pittoresque de la Provence, au nord du département et à gauche du Luberon, les Alpilles s'élèvent et donnent de loin l'illusion de véritables montagnes.
    Entre Arles et Lamanon, avec Saint Rémyau milieu, les Alpilles s'étirent sur 25 km, ceinturées de vignes, d'oliviers et d'amandiers. Crêtes de calcaire, reliefs accidentés, villages perchés et vallées broussailleuses, royaume des cigales sillonné par les chemins de berger, lesAlpilles offrent un paysage de pure nature dominant plein sud les riches vallées de Provence.

    PROPOSITION D HEBERGEMENT

    www.lamaisondeshautures.com

  • Sur les traces de Vincent Van Gogh en pays d'Arles avec la maison des hautures

    Ce circuit vous mènera sur les traces de Vincent Van Gogh qui a séjourné plus de deux ans en Provence Pays d'Arles. En marchant dans ses pas, vous découvrirez les paysages, les décors, les maisons, les ambiances qui ont inspiré au peintre plus de 400 œuvres. Bonne ballade dans la lumière de Vincent !
    Telechargement 5
     

    Votre circuit débute à Arles. Vincent Van Gogh y arrive un jour de février 1888. Commence alors une période de travail intense et passionné dans la lumière du midi. Ce séjour arlésien est dans la vie du peintre une époque extraordinairement  féconde en toiles et en dessins. Un circuit balisé vous mènera sur dix lieux où l’artiste a posé son chevalet, dix lieux emblématiques de son séjour à Arles comme La maison jaune que Van Gogh loua en mai 1888, LesAlyscamps, lieu peint également par Paul Gauguin, L’Espace Van Gogh, ancien Hôtel-Dieu où le peintre fût soigné après s'être mutilé le lobe de l'oreille gauche. 

    Van Gogh s'installe dans la vieille ville à l'intérieur des remparts à l'hôtel-restaurant Carrel au 30 rue de la Cavalerie, à l'époque quartier des maisons closes, avec comme compagnon le peintre danois Christian Mourier-Petersen. Il loue également une partie de la « maison jaune » pour en faire son atelier. 

    Bien qu'il arrive dans la cité avec un temps de neige, une nouvelle page de son œuvre s'ouvre avec la découverte de la lumière provençale. Dès le 22 février 1888, il débute sa production arlésienne : il parcourt à pied la région et peint des paysages, des scènes de moissons et des portraits. 

    Au début du mois de juin 1888, ayant reçu un billet de 100 francs de son frère Theo, il se rend en diligence auxSaintes-Maries-de-la-Mer pour un séjour de cinq jours. Il y peint la barque Amitié et le village regroupé autour de l'église fortifiée []." Source wikipedia

    Telechargement 13 1

    Au départ d'Arles, vous pourrez visiter l'Abbaye Montmajour, peinte par Vincent Van Gogh. Vous terminerez votre circuit à Saint-Rémy-de-provence. En suivant les 21 plaques commémoratives de ce merveilleux parcours à faire de 7 à 77 ans, vous découvrirez les lieux peints par Vincent Van Gogh lors de son séjour dans cette ville qui exalte la Provence. Ce parcours représente trois années d'un travail colossal coordonné par l'office de tourisme de Saint-Rémy-de-provence.

    Nous vous proposons un second circuit Sur les pas de Vincent Van Gogh à Arles avec la découverte des lieux associés aux toiles suivantes : Le Café “Le Soir“, Place du Forum / L’escalier du Pont  de Trinquetaille / Les Quais du Rhône avec La nuit étoilée / La maison jaune Place Lamartine / Les arènes / Le vieux Moulin - Rue Mireille / Les Alyscamps / Le jardin public, boulevard des Lices / Espace Van Gogh / Le Pont de Langlois

    Telechargement 14 1

     

  • La Course camarguaise expliqué par la maison des hautures

    Course camarguaise

    Images 2 1

    La course camarguaise est un sport taurin sans mise à mort pratiqué dans le sud de la France, dans lequel les participants tentent d'attraper des attributs fixés aux cornes d'un taureau. Ce jeu sportif est très populaire dans l'Hérault, le Gard, une large partie des Bouches-du-Rhône, ainsi que dans quelques communes de Vaucluse.


    C'est au XIXe siècle qu'apparaissent les premiers jeux taurins organisés et rapidement assimilés à la course camarguaise. Ils se déroulaient dans des « plans », arènes constituées de charrettes. Au fil du temps, le taureau commence à porter des attributs.

    À cette période les manadiers comprennent qu’ils peuvent tirer parti de ces courses, en améliorant la race des taureaux, qui sont déjà très combatifs. Cette course était appelée « course libre ».

    Une date importante dans l'histoire de la Course Camarguaise : le 27 février 1966 et le congrès qui se déroula au Paluds-de-Noves dans les Bouches-du-Rhône. Il adopta la mise en place du projet Vignon : la course à la cocarde avait son premier règlement (La Charte de la course à la cocarde). Avec lui, l’appellation « Course libre », même si elle a continué longtemps d'être utilisée, devient caduque et devient « Course à la cocarde ».

    En 1975, la Fédération Française de la Course Camarguaise est créée sous la loi des associations de 1901.

    Le 10 octobre 1975 la Fédération Française de la Course Camarguaise (F.F.C.C.) est agréée par le Ministère. La course camarguaise est reconnue comme sport par le Secrétariat d’Etat à la jeunesse et aux sports. La « Course à la cocarde » devient définitivement la « Course camarguaise ».

    Le principe

    Une centaine d'arènes fixes proposent un programme sportif dans les départements de l'Hérault, du Gard, des Bouches-du-Rhône et de Vaucluse. Un petit millier de compétitions ont lieu chaque année, tous niveaux confondus.

    Les Attributs

    Les attributs

    Les attributs sont les éléments clef de la course camarguaise. En effet sans eux, il n'y aurait pas de jeu. Il y a trois attributs, ils vont être décrits dans l'ordre où les raseteurs doivent les enlever dans la course.

    • La cocarde, contrairement à ce qu'indique son nom, est un ruban de couleur rouge d'une dimension de cinq à sept centimètres de longueur et de un centimètre de largeur. La cocarde se trouve attachée sur une ficelle sur le haut de front du taureau et au centre.
    • Le gland est en fait un pompon de laine blanche. Il y en a deux car accrochés par la ficelle à la base de chaque corne.
    • La ficelle qui est le dernier attribut à enlever est en fait enroulée autour de la corne avec un nombre de tours variable et déterminé par le classement du taureau.

    Avant la course

    L'« abrivado » précède la course, c'est l'arrivée dans les arènes des taureaux en provenance des prés, accompagnés à cheval par les gardians de la manade. Leur retour aux prés après la course dans les mêmes conditions est appelée la « bandido ». Le but des gardians, chevaux et taureaux est de rester groupés « emmaillés », le but des gens dans la rue (« attrapaïres ») est de détourner les taureaux et défaire leur bel ordre de marche.

    C'était ainsi jusqu'aux alentours des années 70. Depuis, quel que soit le prestige dû au rang des différents taureaux, ils sont conduits en camion : ce sont des stars, leurs noms sur les affiches, sont écrits bien plus grand que ceux des raseteurs invités. Récemment, une exposition a été consacrée au cocardier Goya, surnommé le « Seigneur de Provence », dans la ville de Beaucaire. Exemple du prestige et de l'admiration que les afeciouna portent au taureau.

    Puis dans le toril, les gardians fixent les attributs du taureau.

    Contrairement à ce qui se passe dans la corrida, pas question ici de maltraiter physiquement le taureau qui est une star, au même titre que les raseteurs. Néanmoins, si jamais l'animal est blessé à cause d'un coup de crochet mal ajusté du raseteur ou d'une mauvaise réception dans un coup de barrière, les raseteurs font signe à la présidence qui ordonne la suspension de toute action; le manadier vient alors en contre-piste pour juger de la blessure de son animal, et décider s'il poursuit la course ou non.

    Il est d'ailleurs courant d'entendre un « Carmen » (extrait de l'opéra de Bizet) lors d'un acte de bravoure d'un homme ou du taureau.

    La course

    • L'èr di biòu est une sonnerie de trompette qui annonce l’arrivée du taureau dans l’arène. Les raseteurs attendent la seconde sonnerie (qui intervient à la fin de la première minute laissée au cocardier pour s'habituer à l'arène) pour procéder à l'« attaque » (ils peuvent commencer à raseter).

    Les raseteurs défient le taureau afin d'aller chercher sur ses cornes des attributs à l'aide d'un crochet. Ces attributs ont deux valeurs :

    • l'une sous forme de points permettant de déterminer le meilleur des raseteurs dans les différents championnats (trophées) de chaque catégorie (équivalent aux divisions dans le football) : trophée de l'Avenir, trophée des Raseteurs, trophée des As (la plus haute).
    • l'autre pécuniaire, sous forme de primes. La valeur de l'attribut augmentent au fil du temps, par des « mises » sponsorisées par le public et annoncées au micro pour inciter les raseteurs à « travailler ».
    Course Camarguaise
     

    Le raset

    Un raset se déroule en quatre temps :

    • le tourneur, qui le plus souvent est un ancien raseteur[8], attire l'attention du cocardier pour le placer dans le bon sens afin que le raseteur soit dans les meilleurs conditions ;
    • le raseteur s'élance en espérant que le cocardier le suivra ;
    • si le cocardier l'a suivi, alors les deux se croisent, il s'agit du raset, le raseteur tend son crochet et essaie de retirer un attribut ;
    • une fois le raset fait, si nécessaire le raseteur saute par-dessus la barrière puis s'accroche au mur de l'enceinte de l'arène[11].
     

    Après la course

    Après la course, le taureau regagne ses prés et ses congénères, physiquement intact. À la fin de la course se déroule la Bandido, qui est une Abrivado dans le sens inverse, les taureaux rentrent aux près.

    Capelado

    Les rendez-vous majeurs

    Chaque année, trois rendez-vous retiennent l'attention des « afeciouna » :

    • la Cocarde d'Or d'Arles, 76e édition en 2007, qui est la plus importante et la plus prestigieuse ;
    • la Palme d'Or de Beaucaire ;
    • la finale du Trophée des As qui a lieu, en alternance, à Nîmes et Arles.

    Ces trois courses sont les plus importantes, mais de nombreuses autres courses avec trophée, ont lieu tel que le « Trophée San Juan ». Elles comptent pour le « Trophée des As ».

    Le cocardier

    Le taureau est appelé « le cocardier » car c'est lui qui porte la cocarde.

    Il s'agit ici de taureaux camarguais (les « Camargue » ou « raço di biòu »), par opposition aux taureaux espagnols. Le taureau camarguais est plus petit (entre 300 et 450kg pour les mâles), plus nerveux et plus rapide que son cousin espagnol et ses cornes sont en forme de lyre.

  • le jardin hortus d'Arles

    jardin Hortus


               

    Images 34

     

    Jardin  d'inspiration romaine. Conçu, juste à côté des vestiges du cirque romain d'Arles qui n'est pas encore réhabilité.Il est inspiré d'un texte du 1er siècle qui décrit le jardin "hippodrome" d'une villa près de Florence. Jardin Hippodrome ... vous devinez ainsi la forme du jardin ! C'est donc un jardin public, où vous pouvez aller vous promener en famille, marcher sur la pelouse (bien grasse, sensation très agréable) et même picniquer.

    Images 7

    Et surtout, vous découvrez un ensemble de jardins thématiques, dédiés à la détente, aux jeux et à la découverte du monde romain. Tous ces thèmes vous renvoient à chaque fois à des objets du musée d'Arles antique, situé à proximité. Et bientôt, vous pourrez profiter d'un prêt de jeux à l'accueil du musée, pour vous permettre de bien profiter des jeux antiques proposés dans le jardin. En attendant,vous pouvez prendre quelques noix dans vos poches pour aller au jardin .. Nous ne vous en disons pas plus, vous découvrirez une fois sur place .. Le jardin est très récent, puisqu'il est ouvert depuis les journées du patrimoine, aussi la végétation a toute sa vie devant elle et n'est pas encore très avancée.

    presqu'île du Cirque Romain 13200 Arles

    Entrée libre tous les jours de 10h à 19h d'avril en septembre et de 10h à 17h30 d'octobre à mars. Fermé le mardi. Fermeture annuelle 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 décembre
    04.13.31.51.03.
     

  • les ferias

    LE TOP 5 DES FÉRIAS EN FRANCE À FAIRE CET ÉTÉ EN FAMILLE

    Corrida Féria - Torero dancing with the Bull

     

    5 FÉRIAS FRANÇAISES À DÉCOUVRIR CET ÉTÉ

    A la recherche d'une destination dépaysante pour assister à une féria en famille cet été ? Direction le sud de la France et ses villes aux influences espagnoles. De Nîmes à Béziers, découvrez cette fête familiale typiquement sudiste.

    1 - LA FÉRIA DE DAX

    Située dans les Landes, la ville de Dax accueille chaque été au milieu du mois d'août une féria conviviale et familiale. Les rues calmes de la cité se transforment au fil des spectacles et des concerts et offrent une ambiance typiquement espagnole. Des spectacles taurins, des défilés, des animations pour les enfants et des corridas y sont organisés sur 5 jours.

    2 - LA FÉRIA DE PARENTIS-EN-BORN

    Petite féria à taille humaine idéale pour les familles qui se déroule chaque année à la mi-août. Si la tauromachie devient reine durant quelques jours, les défilés, les courses landaises, les concours de « recortes » et les spectacles de danse contribuent également à l'ambiance festive de l'événement.

    3 - LA FÉRIA DE BÉZIERS

     Durant 5 jours aux alentours du 15 août, les Arènes de Béziers retrouvent toute leur dimension historique à travers des spectacles de tauromachie. La ville accueille alors plus d'un million de visiteurs venus assister à l'événement le plus attendu dans le Languedoc-Roussillon. Dépaysement et ambiance conviviale garantis !

    4 - LA FÉRIA D'ARLES

    Surnommée la féria du riz, la féria des vendanges d'Arles est l'une des plus impressionnantes du pays. Durant trois jours à la mi-septembre, la fête s'installe dans la ville et ses arènes et offre un concentré de rythmes, de saveurs et de couleurs. Les spectacles de tauromachie sont ponctués par des concerts de musique folklorique pour une ambiance on ne peut plus authentique.

    5 - LA FÉRIA DE CARCASSONNE

    Véritable fête familiale et populaire, la féria de Carcassonne tire avant tout sa réputation de son ambiance conviviale et festive. Elle prend place à la fin du mois d'août. Durant 4 jours, la tauromachie est placée au second plan puisque ce sont les spectacles de danse, les concerts, les animations et les mises en scène qui attirent les milliers de spectateurs.

    Que vous soyez en quête de découvertes culturelles ou que vous vouliez en mettre plein la vue à vos enfants, les férias françaises sont aujourd'hui légion !

  • Arles et ces monuments

    Arles romaine

    La ville d’Arles se trouve dans le sud-est de la France. Les campagnes arlésiennes sont très étendues et représentent la majeure partie du territoire communal. Elles sont organisées en quatre ensembles naturels bien distincts : au nord, la plaine du Trébon et les Alpilles, à l’est, la Crau et au sud, la Camargue dont la commune d’Arles possède la plus grande partie de la superficie (avec les Saintes-Maries-de-la-Mer, deuxième plus vaste commune de France métropolitaine, moitié moins étendue qu’Arles qui s'étend sur 745 km²).

    On peut découvrir à Arles plusieurs itinéraires culturels : Arles romaine, Arles, Patrimoine mondial et Arles et Vincent Van Gogh.

    Arles, une colonie romaine

    Arles a une vocation de carrefour. Ce point de rencontre entre une route terrestre reliant l’Italie à l’Espagne et une voie fluviale, le Rhône, n’avait pas échappé aux Grecs qui dès le début du VIe av. J-C entreprirent de s’implanter en territoire ligure. En 46 av. J-C Jules César, après sa victoire sur Marseille remercia les Arlésiens de leur aide en y fondant unecolonie de droit romain dotée d’un immense territoire. Très vite prospère, la ville s’enrichit de superbes monuments, forum, temples, théâtre, amphithéâtre, cirque, thermes. Ce patrimoine romain et roman est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO.

    Le musée départemental de l’Arles antique

    Le Musée d’Arles antique présente l’une des plus riches collections archéologiques de France, allant de la préhistoire à l'Antiquité tardive. Une présentation de type chronologique a été appliquée essentiellement aux périodes pré et post-romaines. Le musée présente notamment le célèbre buste de Jules César, sculpté de son vivant (-46) qui a été retrouvé dans le Rhône. Egalement une copie dans son état initial de la fameuse Vénus d'Arles dont l'original restauré est au Louvre.

    Le cirque romain d'Arles

    Le plus vaste monument romain d'Arles, le cirque fut édifié au IIe siècle. Il servait essentiellement aux courses de chevaux et de chars, mais aussi parfois à des combats de cavalerie et à des venationes, sorte de chasses à courre. De ses matériaux et décorations, dispersées à la fin de l’Empire, il ne reste que peu de pièces. Certaine ont servi de réemploi, quelques-unes sont exposées au musée départemental Arles antique.

    Les cryptoportiques

    Les cryptoportiques forment le soubassement, la partie invisible du forum, place publique centrale de la ville romaine. Du forum arlésien proprement dit, on connaît peu de chose. Il ne subsiste de son aménagement et de sa décoration que quelques éléments qui permettent de dater le début des travaux quelques années seulement après la fondation de la colonie, en 46 av. J.-C.

    Les thermes de Constantin

    Les Thermes de Constantin ont été construits en bordure du Rhône au début du IVe siècle, peut-être sur l’emplacement d’un édifice plus ancien. Expression caractéristique de la civilisation romaine, les thermes étaient un des lieux publics les plus répandus. Leur succès ne commence qu'à la fin de la république et au début de l'empire : les premiers bains publics n'apparaissent à Rome qu'au Ier siècle av. J.-C. et ne se développent vraiment qu'au début de notre ère, avec l'invention des hypocaustes. Edifices inséparables du confort de la vie urbaine à l'époque impériale, les thermes associaient les exercices physiques qui se déroulaient sur la palestre (salle d'entraînement) aux bains assurant l'hygiène corporelle.

    Amphithéâtre d'Arles

    Les arènes d'Arles sont un amphithéâtre romain construit vers 80/90 ap. J.-C. dans le cadre des extensions flaviennes de la ville. L’amphithéâtre d'Arles est le monument le plus important de l’ancienne colonie romaine qu'il nous est permis d’admirer, quelque deux millénaires après son édification. L'amphithéâtre d'Arles est composé de soixante travées et s'élève sur deux niveaux, l'attique qui les couronnait ayant disparu. A chaque niveau, une galerie circulaire donnait accès aux gradins par des escaliers alternant avec des passages verticaux.

    Théâtre antique d'Arles

    Le théâtre antique d'Arles a été construit à la fin du Ier siècle av. J.‑C., sous le règne de l'empereur Auguste, juste après la fondation de la colonie romaine. Commencé vers 40/30 av. J.-C., il fut achevé vers l’an 12 av. J.-C. devenant ainsi l'un des premiers théâtres en pierre du monde romain. Le théâtre initial comprenait trois parties : la cavea, espace semi-circulaire recevant les spectateurs, la scène où jouaient les acteurs, et le mur servant à la fois de décor et de fermeture au monument.

    Les Alyscamps

    Dans l’Antiquité, les cimetières étaient toujours extérieurs à l’enceinte des cités et souvent implantés le long des grands axes routiers. Dès le début de l’Empire Romain, tombes à incinération, sarcophages et mausolées s’égrenèrent aux abords de la Via Aurelia, constituant une vaste nécropole. L’allée des Alyscamps d’Arles qui subsiste aujourd’hui a été aménagée par les religieux Minimes au XVIIIe siècle. En 1888, Vincent Van Gogh et Paul Gauguin vinrent peindre dans ces romantiques «Champs Elysées» d’Arles.

     

  • Les alyscamps

    LES ALYSCAMPS

    PRÉSENTATION
    Dans l’Antiquité, les cimetières étaient toujours extérieurs à l’enceinte des cités et souvent implantés le long des grands axes routiers. Dès le début de l’Empire, tombes à incinération, 

    Allée des sarcophages et 
    église Saint-Honorat

    sarcophages et mausolées s’égrenèrent aux abords de la Via Aurelia, constituant une vaste nécropole. 

    Mais, c’est à l’époque paléochrétienne que le cimetière prit une importance majeure avec l’inhumation du martyr saint Genest et la sépulture des premiers évêques d’Arles, abrités dans une chapelle bientôt entourée par un grand nombre de tombes pressées sur plusieurs rangs.

    Vers 1040 fut installé un prieuré sous le vocable de Saint-Honorat dépendant de l’abbaye Saint-Victor de Marseille. La nécropole devint une étape obligée du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle et les chansons de Gestes ne manquèrent pas d’y situer les combats de Charlemagne contre les Sarrasins, pour expliquer l’abondance des tombes. Dante immortalisa ce lieu dans son poème « L’enfer ». 

    L’allée des Alyscamps qui subsiste aujourd’hui a été aménagée par les religieux Minimes au XVIIIe siècle. En 1888, Van Gogh et Gauguin vinrent peindre dans ces romantiques « Champs Elysées » d’Arles.

     

    HISTOIRE

    Durant l’Antiquité, le monde des morts était séparé du monde des vivants, et les nécropoles se trouvaient à l’extérieur des remparts. Les enterrements étaient interdits à l’intérieur des 

    Urnes cinéraires et urnes balsamaires

    villes, mais défunts et mortels se côtoyaient dans les nécropoles pour des libations, repas funèbres ou véritables fêtes, dont l’aspect parfois excessif les fit plus tard interdire par les évêques chrétiens.

    Pendant le Haut-Empire, l’incinération était la pratique la plus courante, et les cendres et restes osseux étaient le plus fréquemment recueillis dans une urne cinéraire placée dans un mausolée ou enterrée dans un enclos familial, parfois sous une stèle portant une épitaphe. Sous l’influence, entre autres, du christianisme, l’habitude d’enterrer les corps dans des cercueils ou des sarcophages remplaça progressivement l’incinération qui disparut au IIIe siècle.

    Avec celle des Alyscamps, la ville compta jusqu’à cinq nécropoles (au Trébon, au cirque, à Trinquetaille, et au sud de la cité) dont trois étaient encore utilisées durant l’Antiquité tardive. Deux d’entre elles, les Alyscamps et Trinquetaille, durent leur célébrité à partir de la fin du IVe siècle au martyre de Genest, saint arlésien. Puis la réputation du lieu devint si prestigieuse que de nombreuses personnes souhaitaient y être enterrée, à l’instar des évêques d’Arles.

    Vers le milieu du XIe siècle, une partie du site fut cédé à la puissante abbaye Saint-Victor de Marseille, qui plaça le sanctuaire sous la protection de saint Honorat, évêque d’Arles entre 426 et 429. C’est le nom de ce dernier qui fut donné à l’église reconstruite au XIIe. A cette époque, la nécropole devint par ailleurs le point de départ du chemin d’Arles vers Saint-Jacques de Compostelle. Ce lieu bénéficia des mythes et légendes qui fleurirent alors, jusqu’à lui conférer une atmosphère d’« héroïque grandeur ».

  • Les arénes d'Arles

    AMPHITHÉÂTRE (ARÈNES)

    fin Ier siècle apr. J.-C.

    PRÉSENTATION
    L’amphithéâtre est le monument le plus important de l’ancienne colonie romaine qui nous soit permis d’admirer, quelque deux millénaires après son édification. 

    Son architecture est entièrement 

    Vue aérienne de l'amphithéâtre

    conçue en rapport avec sa vocation de lieu à grands spectacles, accueillant un nombreux public. 

    Dans leur élévation initiale, les gradins pouvaient recevoir environ 21 000 spectateurs, dont les flux étaient savamment organisés par un réseau de portes, galeries et escaliers, sur plusieurs étages.

    Devenu dès le début du Moyen Âge une véritable ville close et fortifiée, l’édifice ne fut dégagé qu’au XIXe siècle. 

    Il retrouva alors, pour partie, sa fonction initiale, notamment avec la tauromachie, ce qui lui vaut sont appellation courante actuelle d’« arènes ».

    C’est aujourd’hui le monument de la ville le plus visité, portant ainsi l’image d’Arles dans le monde entier.

     

    HISTOIRE
    Après la première urbanisation "augustéenne " des dernières décennies du Ier siècle, durant la dynastie flavienne (69-96 après J.-C.), la ville va littéralement éclater et déborder par-delà 

    Dessin de François Huard, 1824

    le corset désormais trop étroit des remparts initialement élevés sous le principat d'Auguste

    Cette expansion est due à une phase de prospérité liée à une intense activité économique, notamment commerciale.

    Hormis le quartier de Trinquetaille, c’est sur la rive gauche que les transformations de cette période sont les plus évidentes. 

    C'est bien l'amphithéâtre qui domine, au sens propre du terme, la physionomie de la nouvelle cité arlésienne. 

    L'ampleur du monument, les contraintes techniques de la topographie (voire un nouveau parti pris urbanistique ?) font que l'amphithéâtre remettra en cause le quadrillage de la voirie originelle, oblique par rapport à cette dernière.

    Dès la fin de l'Antiquité, l'édifice a servi de lieu d'habitation avant de devenir l'un des refuges pour la population en des périodes plus troublées. 

    Au Moyen Âge la défense a été renforcée par quatre tours. L'amphithéâtre devint alors une véritable petite ville avec rues, place, églises, dont celle de Saint-Michel-de-l'Escale

    En 1735, le conseil de ville décide d’interdire la restauration des maisons en ruine à l’intérieur du monument. 

    Des initiatives sont alors prises pour libérer l’édifice de cette occupation parasite, mais la physionomie des lieux évolue peu. 

    Le XIXe siècle est la grande époque de restauration du monument.

  • ARLES et sa place de la republique

    Place de la république:

    Véritable coeur de la ville, la place de la république ou ancienne place Royale est le témoin de toutes les époques qui ont marqué l'histoire de la ville: des monuments de l'antiquité au moyen-âge, et des façades où se lie une diversité de styles du XVIIème au XIXème siècles.

    Obélisque:

    Telechargement 7

    La grande éguille de pierre, sorte de pivot de la place de la république, provient en fait du cirque romain et date de la fin de l'antiquité. Découvert au XIVème siècle, ce n'est qu'au XVIIème siècle, que l'obélisque renoue avec sa vocation de symbole solaire. Il orne la place de la république depuis 1676, en l'honneur du roi Louis XIV. 

    Hôtel de ville:

    En plein coeur de la cité, symbole du pouvoir et témon d'une siècle de magnificence, l'hôtel de ville clôt magistralement la perspective de la place de la République. achevé en 1676, après maintes études et un chantier laborieux, il marque le triomphe de l'architecture classique. L'édifice est particulièrement admirable par la richesse de son décor, sculpté en grande partie par l'arlésien Jean Dedieu, et par la voûte en berceaux de son vestibule, audace technique pour l'époque.

     

  • mousse au chocolat

    Ingrédients

    • 60 g de chocolat noir
    • 1 œufs frais
    • 10 cl de crème fraîche
    • 5 g de sucre
    • Images 16

    Instructions

    1. Préparer les ingrédients et les ustensiles nécessaires.
    2. Clarifier les œufs et faire fondre le chocolat au Bain Marie.
    3. Monter les blancs fermes et ajouter le sucre pour les Serrer. Monter la crème fraîche comme une chantilly mais sans sucre, puis mélanger les jaunes au chocolat fondu.
    4. Mélanger un peu de blanc dans le chocolat pour le détendre. Incorporer ensuite délicatement le chocolat aux blancs, en soulevant bien la masse. Une fois le mélange homogène, ajouter la crème fraîche fouetté.
    5. Dresser dans les ramequins. Réserver au frais pendant 2 heures.

  • Musée de l'Arles et de la Provence Antique

    PRÉSENTATION
    Ouvert en 1995, le musée départemental Arles antique, présente une des plus riches collections archéologiques de France, allant de la Préhistoire à l’Antiquité tardive.

    Il est l’héritier 

    Vue générale du musée

    d’une longue histoire, celle qui a vu, dès le XVIe siècle, Arlésiens éclairés et pouvoirs publics, curieux du passé de la ville et de son patrimoine.

    Sa dimension, imposée par l’importance des collections, nécessitait un espace considérable ; c’est la presqu’île du cirque romain, en cours de fouille, qui fut choisie.

    Par ailleurs, afin de mettre en valeur les chefs-d’œuvre, l’option retenue fut celle d’une architecture novatrice et fonctionnelle. 

    Elle devait permettre d’assurer non seulement une muséographie cohérente et esthétique, mais aussi les autres missions du musée : conservation, restauration, et accueil des publics.

    Le projet fut confié par concours à l’architecte Henri Ciriani.

     

    HISTOIRE
    Dès 1614, les consuls acquirent et exposèrent dans l’hôtel de ville, les principales découvertes archéologiques déjà exhumées. 

    En 1651, la L'ancien musée lapidaireà 
    l'église Sainte-Anne

     

    class="lienbleu">Vénusmise au jour dans le théâtre antique devint le joyau de cette collection… avant d’être «offerte » au bon plaisir du roi Louis XIV.

    Par ailleurs, les autorités ecclésiastiques oeuvraient également à la protection des «précieux restes», ainsi les religieuses de la Miséricorde dans la cour de leur couvent, sur le site même du théâtre.

    C’est en 1784 que le premier musée archéologique public, proprement dit, fut réalisé par les frères minimes aux Alyscamps. Quelques années plus tard, cependant, la Révolution mit fin à cette brève expérience. 

    Il fallut toute l’habilité du premier conservateur des collections arlésiennes, Pierre Véran, pour éviter la dispersion des œuvres qui suivi pillages et destructions. 

    Par décret impérial de 1805, l’église Sainte-Anne fut finalement dévolue à l’exposition des antiquités (Musée d'Art païen).

    En 1935, face à l’accumulation d’objets, un deuxième lieu fut choisi, l’ancienne chapelle des Jésuites, pour recevoir les collections d’art chrétien.

    Dans les années 1970, devant l’impossibilité de présenter correctement des collections en perpétuelle expansion, la décision fut prise d’édifier un nouveau musée archéologique.

     

    LOCALISATION

    Le musée est situé au nord du quartier de Barriol, sur la presqu’île du cirque romain, entre le fleuve et le canal du Rhône à Port-de-Bouc.

     

    DESCRIPTIF
    Le programme soumis aux architectes insistait sur les principales missions du musée : conservation et présentation des collections, accroissement et études de celles-ci, et accueil des publics.

     

    Un espace d'exposition

    henri Ciriani (né en 1936) prit le parti de bâtir un triangle équilatéral évoquant les fonctions tripartites de l’établissement. Les 8 000 m 2 de l’édifice se déclinent en trois espaces aux superficies identiques.

    De l’extérieur, le musée apparaît revêtu de couleurs vives. Le « bleu d’Arles » ainsi que les aplats rouges et verts entendent suggérer aux visiteurs les couleurs, depuis longtemps disparues, employées sur les monuments de l’Antiquité.

    A l’intérieur, les vastes surfaces d’exposition et la tonalité des éclairages permettent une mise en valeur cohérente (chronologique et thématique) des collections ainsi que de leur matériel didactique, notamment une série de maquettes des monuments romains, restitués dans leur état originel.